OriginePerseEgyptienGrecRomainArabeMédiévalItalien EuropéenFrançaisAnglaisXIXè SChinoisJaponaisXXè SBiblio

L'art des jardins grecs est nettement séparé en 2 périodes successives : la période hellénique tout d'abord, puis la période hellénistique à partir du règne d'Alexandre le Grand (356-323 av. JC).

Pendant la période hellénique, les grecs n'ont pas d'intérêt pour les plaisirs émotionnels des jardins : le peuple grec est un peuple de raison. De plus, le sol rocailleux et les conditions climatiques chaudes et sèches ne favorisent en rien l'essor de cet art. Seuls certains éléments de la nature (bois, rocher, colline, etc.) sont considérés comme des bois sacrés (« locus amoenus »). Ils sont dédiés à un dieu ou à un héros. Intervenir sur la composition ou l'entretien de ce site devient alors une profanation.

Avec la concentration de la population dans les grandes cités, l'urbanisation gagne sur les campagnes et les bois sacrés se trouvent englobés dans les villes. Ils deviennent des parc publics où les philosophes péripatéticiens (Socrate, Platon, etc.) viennent se promener pour discuter avec leurs élèves. On les appelle les jardins philosophiques. Cette approche se généralise avec la plantation de promenades ombragées dans les espaces publics de détente. Mais la composition des espaces reste très sommaire, le plus important étant fondamentalement de respecter le « genius loci », c'est à dire l'esprit du site, et de s'intégrer dans le paysage afin d'être en communion avec la nature.

Grâce aux conquêtes d'Alexandre le Grand, la période hellénistique entre sous l'influence importante des jardins perses et égyptiens. Les parcs privés se développent sur l'exemple mythique de celui d'Epicure, seul jardin hellénique à prévaloir les plaisirs des sens. Epicure faisait s'y côtoyer la rose, l'iris, le lys, la violette, l'œillet et les petits fruitiers tels que le poirier, le pommier, le grenadier, l'olivier, la vigne et le figuier. Les parcs publics s'ornent aussi de nombreuses grottes et de statues, sous une végétation plus généreuse et foisonnante. La main mise sur le bassin méditerranéen par l'Empire Romain marque la fin d'un art des jardins grecs alors en pleine renaissance.


Motorized with Actipages By MAXImini.com - Copyright Architecte Paysager -